S’allonger sur la prairie et regarder les nuages, cela ressemble, déjà, à de la relaxation. Mais même ceux qui « travaillent » littéralement peuvent se rétablir, notamment sur le plan psychologique. Le jardinage est bon pour le corps et l’esprit, comme l’ont montré toute une série d’études différentes.

Du lit d’hôpital au lit de jardin

Dans l’Égypte ancienne, les promenades dans les jardins étaient une option thérapeutique courante, et le jardin des monastères médiévaux combinait délibérément le travail utile et la contemplation proche de la nature. Aujourd’hui, la thérapie par le jardin est utilisée, depuis longtemps, dans de nombreuses cliniques, par exemple pour les patients souffrant de maladies mentales, de diagnostics stressants, de douleurs chroniques ou dans le cadre de la rééducation. Des psychologues de l’environnement de l’université de Vienne ont pu montrer que passer du temps, dans la nature a des effets mesurables sur le corps. Le rythme cardiaque ralentit, la pression sanguine diminue et les muscles se détendent.

Ratisser le stress

Une récente étude suédoise décrit les effets positifs du jardinage sur les maladies liées au stress, comme l’épuisement professionnel. Ces maladies peuvent gravement limiter la qualité de vie et les performances des personnes touchées, par exemple par des troubles digestifs et du sommeil, des problèmes de concentration et des sautes d’humeur. Il n’est pas rare qu’ils s’accompagnent d’épisodes dépressifs ou de troubles anxieux. Un programme de réhabilitation basé sur la nature a permis à de nombreux participants à l’étude de soulager leurs symptômes. Les auteurs considèrent que les résultats sont très encourageants car les patients étaient auparavant tous incapables de travailler pendant au moins 3 mois, malgré la thérapie conventionnelle. Le séjour et l’activité dans la nature constitueraient une option de traitement, sans effets secondaires et rentable pour le nombre croissant de patients souffrant de stress.

Travail de punition ou méditation ?

Tout le monde ne considère pas l’arrachage des mauvaises herbes sur le chemin de gravier, comme un pur loisir. En fait, il semble, également, dépendre de la personnalité de chacun que l’expérience de la nature ait un effet bénéfique sur la santé. Dans tous les cas, les légers stimuli d’un environnement naturel ont un effet relaxant. Cela ne nécessite pas des heures de randonnée : des changements correspondants ont été démontrés, après seulement cinq minutes dans le vert, que ce soit pour jardiner, marcher ou pêcher. En même temps, l’humeur et l’estime de soi se sont améliorées. Les effets peuvent être accrus en passant du temps, au bord de l’eau. Néanmoins, une excursion plus longue dans la nature vaut, également, la peine car après une journée en forêt, le nombre de certaines cellules immunitaires a augmenté de manière significative et durable, pendant une semaine entière.

La saleté rend heureux !

Des chercheurs londoniens ont étudié la raison pour laquelle le fait de creuser dans le jardin pouvait être si bénéfique pour l’humeur, en utilisant des souris : lorsqu’elles entraient en contact avec la bactérie Mycobacterium vaccae, elles réagissaient comme si elles prenaient un antidépresseur. Certes, les souris ne sont pas des êtres humains, mais les scientifiques n’ont eu l’idée de cette expérience qu’après avoir traité (sans succès) des patients cancéreux avec la bactérie, qui ont, ensuite, jugé leur qualité de vie nettement meilleure. Apparemment, on peut ajouter de manière tout à fait scientifique au vieux dicton populaire « la saleté nettoie l’estomac » : et vous met de meilleure humeur !

Le jardin appelle

Ainsi, si vous n’avez pas de vacances avec de longues promenades sur la plage ou des randonnées en montagne libératrices devant vous, vous pouvez vous « recharger » dans le jardin ou sur le balcon. Même si l’automne arrive à grands pas, il y a encore de belles choses à faire en plus du nettoyage : planter des bulbes pour les tulipes et les jonquilles, planter, dès maintenant, de nouveaux arbustes à baies ou semer de la salade de plein champ rustique. Vous serez récompensé par des sentiments de bonheur supplémentaires, au plus tard lorsque les fleurs s’épanouiront et seront récoltées.

Les bienfaits du jardinage pour la santé

Les beaux jours vont s’installer un peu partout sur le territoire et pour ceux qui ont la chance d’avoir un jardin, c’est le moment ou jamais d’enfiler ses bottes, son chapeau de paille et ses gants et de se refaire une santé en jardinant.

On jardine pour entretenir ses plantations ou pour prendre l’air, mais sait-on que le jardinage est aussi excellent pour la santé ? Cette activité, somme toute banale, permet en effet de se détendre et de prendre soin de son corps. On a sélectionné pour vous 5 bienfaits du jardinage pour la santé.

1. Le jardinage réduit le stress

Comme toutes les activités manuelles, le jardinage est une activité apaisante. Il permettra aux personnes stressées à cause de leur travail ou préoccupées par des soucis personnels, de prendre le temps de se détendre et de penser à autre chose qu’à leurs tracas quotidiens. Que vous vous attaquiez aux plates-bandes ou à votre potager, vous serez surpris de l’effet thérapeutique du jardinage sur vos nerfs.

Le jardinage détend, il nous permet de faire une pause, sans écran, au contact de la nature et cela fait un bien fou. Les odeurs, le calme, la créativité dont vous aurez besoin pour aménager certains coins de votre jardin seront une véritable source de bien-être et vous permettront de mieux gérer vos émotions.

Certaines études ont montré par ailleurs que la vue de la verdure, quelques minutes par jour seulement, réduisaient de manière significative les symptômes liés au stress. Si vous avez un balcon, vous pouvez vous amuser à faire quelques plantations, l’effet thérapeutique sera, tout aussi, efficace.

2. Le jardinage permet une meilleure alimentation

Jardiner permet d’éviter de gringotter en tournant en rond chez soi ou devant un film, mais ce n’est pas tout. Si vous décidez d’avoir un potager, alors vous aurez la satisfaction de manger des produits sains issus directement de votre jardin. Courgettes, concombres, carottes, pommes de terre, fraises, herbes aromatiques. Vous pourrez, aussi, faire le choix d’un potager bio et ce sera encore mieux.

Vous mangerez sain mais, surtout, vous mangerez plus de légumes. Vous apprendrez à cuisiner de différentes manières ce qui poussera dans votre jardin. Et on le sait, manger des légumes est excellent pour la santé.

3. Jardiner c’est un sport

On n’y pense pas assez, mais le jardinage c’est un sport. Il demande des efforts et peut, donc, vous permettre de perdre des calories. Certaines études ont même montré que 3 heures et demie de jardinage nous permettaient de perdre 1 000 Kcal, soit l’équivalent de ce que l’on perd en courant 2 heures. C’est plutôt encourageant. Bêcher et arracher les mauvaises herbes peut s’avérer en effet extrêmement fatiguant. 

Attention cependant à ne pas jardiner dans de mauvaises positions, vous pourriez vous faire mal au dos. Pensez, dans la mesure du possible, à garder le dos bien droit. Il vaut mieux arracher les mauvaises herbes à quatre pattes qu’en se cassant le dos en deux. Comme tous les sports, le jardinage demande de prendre certaines précautions.

4. Jardiner, c’est bon pour le cœur !

Vous y penserez la prochaine fois que vous taillerez votre rosier : jardiner permet de réduire les risques de maladies cardiovasculaires. Là encore, de nombreuses études ont été réalisées sur le sujet et il semblerait que la pratique régulière du jardinage entraîne une réduction des risques cardiovasculaires de 30 à 50 %. Cette diminution du risque serait liée au fait que le jardinage peut être considéré comme une activité sportive et qu’il permet ainsi de réduire les taux de mauvais cholestérol.

5. Jardiner renforce les os et les muscles

Enfin, le jardinage permet de lutter contre l’apparition des premiers signes d’ostéoporose. Selon une étude menée par une équipe de chercheurs de l’Université de l’Arkansas, aux États-Unis, en 2000, le jardinage est l’une des activités physiques qui préserve le mieux la qualité des os, après la levée de poids. Le jardinage vous oblige en effet à être très mobile, ce qui est excellent pour les articulations.

Le jardinage est ainsi très vivifiant pour le corps et l’esprit, il permet de repousser certaines maladies liées à la sédentarité, comme le diabète ou l’obésité, mais aussi certains cancers liés à la digestion. On ajoutera que s’il fait beau, le soleil vous apportera de la vitamine D, indispensable pour garder un squelette bien robuste.

Hortithérapie : le jardin thérapeute

Qui n’a jamais joué les apprentis jardiniers en enfouissant un noyau d’avocat dans un pot ? Ou, plus chanceux, a été́ initié à l’art d’arroser les fleurs ou de récolter des carottes en aidant ses grands-parents ? C’est avec le même bonheur que nous tentons de cultiver du basilic sur le rebord d’une fenêtre ! Car tout en sollicitant les sens, le jardinage nous réinscrit dans notre histoire. Et cela profite à notre santé comme le montre l’hortithérapie.

Balbutiante en France, bien que fondée dès la fin du XVIIIème siècle par le psychiatre américain Benjamin Rush, cette discipline s’appuie en partie sur cette fibre émotionnelle pour accompagner le traitement de l’autisme, des migraines, de la dépression profonde, de l’épilepsie ou pour soigner les personnes âgées. Le dernier plan Alzheimer oblige d’ailleurs les unités à se doter d’un jardin de préférence « thérapeutique » où les patients, leur famille et le personnel hospitalier se réunissent pour biner ou désherber. Jardiner ainsi est « susceptible de prévenir l’émergence de certains troubles ou d’une dépendance, d’infléchir le cours de certaines pathologies (neurologiques, psychiatriques), d’améliorer les conditions de vie », résume un chef de service à l’hôpital Henri Laborit à Poitiers.