Informations et analyses sur les tendances jardin, les actualités scientifiques, la biologie, la législation, le marché du végétal

GG - Garden Geek par Hortiman

Informations et analyses sur les tendances jardin, les actualités scientifiques, la biologie, la législation, le marché du végétal

Fleurissement des villes et villages reconnu mais pas toujours respecté

com

Icône blog actuLe CNVVF (Conseil National des Villes et Villages Fleuris) vient de rendre public un sondage réalisé en juin auprès d'un panel de français par l'institut IPSOS. Cette étude avait pour but de conforter le conseil sur l'importance et la reconnaissance de son label par la population. Pour ceux qui l'ignorent les communes labelisées ont le droit de mettre le célébre panneau à fond jaune avec ses fleurs rouges à leur entrée d'agglomération.

 

Mais comme en politique les sondages sont à prendre avec des pincettes malgré le soin et la technicité de l'institut les réalisant. En fait c'est comme lorsque vous prenez une photo, l'électronique de l'appareil interprête plus ou moins ce qu'il voit.

 

jardiniere-ville

 

Mais que raconte ce sondage ? En gros il dit que vous êtes sensibles à la présence de parcs et d'espaces verts (41% de citation), d'espaces fleuris (39%) ou d'arbres et d'espaces boisés (39%) dans votre ville. Vous dites également que cela améliore la qualité de vie dans la cité. Quand je parle de cité je parle de la ville dans sa globalité et pas du terme restrictif et péjoratif "cité de banlieue". Mais vous êtes pas dupe car le sondage évoque également la situation économique tirant ainsi la note "qualité de vie" vers le bas.

Un autre résultat a également retenu mon attention à savoir la réponse à la question suivante: "si votre commune de résidence venait à faire partie des villes et villages fleuris, cela vous inciterait-il à participer à la démarche et achetant des fleurs et des végétaux et à fleurir votre jardin, votre balcon ou votre fenêtre ? Vous êtes 68% à répondre oui et 32% à répondre non...

 

Pour poursuivre mon raisonnement je vais mettre en parallèle la situation économique du secteur horticole français qui est plutôt moribonde avec une baisse marquée de la consommation de végétaux due principalement aux "coupes budgetaires" effectuées par les ménages en faveur d'autres loisirs et produits de consommation (smartphones, tablettes, internet, etc).

 

Alors pour fleurir leur jardin certains français se servent dans les jardinières de leur commune car de toute façon ces végétaux leur appartiennent (ils sont payés avec leur impôts). Le fleurissement des communes est parfois la cible de réglements de compte de la part de citoyens mécontents de leur maire mais qui de toute façon ne vont même pas voter lors d'élections municipales... Ou encore la cible de jeunes délinquants exprimant leur rébellion en saccagant tout végétaux à portée de mains.

 

Et cela les chiffres ne le disent pas. Comme par exemple le désarroi des employés d'un service espace vert après une soirée du 14 juillet devant le saccage de jardinières et le piétinement de massifs de fleurs (c'est pour ainsi dire du vécu...). Bien sûr ces dégradations ne sont pas généralisées dans toutes les villes de France mais c'est une réalité. On a tendance à sacraliser le végétal en milieu urbain avec des sondages démontrant l'intérêt et le respect des populations pour le fleurissement.

 

Cependant le végétal tout comme le mobilier et les biens publics est une cible d'incivilité comme une autre...

Repost

Commenter cet article

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog